Les tueries dans les écoles aux Etats-Unis (étude)

Etude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

Les tueries dans les écoles aux Etats-Unis (étude)

Les tueries dans les écoles aux Etats-Unis

Les fusillades dans les écoles aux Etats-Unis

Il semble que le mouvement qui a débuté dans des villes américaines avant de se répandre dans de nombreuses autres villes du pays, gagnera bientôt le monde entier : « Marche pour notre vie » (MarchForOurLive). Près de 500.000 personnes, des jeunes pour la plupart, ont participé au rassemblement samedi à Washington DC en réaction aux tueries dans les écoles américaines. La pancarte tenue par un écolier indiquant « Je n’apporte même pas de beurre de cacahuète à l’école. Non aux armes » est poignant.

 

Tueries dans les écoles

Les tueries dans les écoles américaines ont pris une ampleur inimaginable. Les enfants, leurs familles, les gens raisonnables réagissent tous légitimement à ces massacres et manifestent pour que des mesures soient prises. Dernièrement, 17 écoliers/étudiants ont été tués dans une école en Floride en février 2018. En 2012, 26 enfants sont morts dans une tuerie dans le Connecticut et 32 autres en 2007 en Virginie.

Aux Etats-Unis, chaque année des milliers d’enfants sont tués dans des attaques armées, on accède sur Internet à des données variant entre 5 à 19 morts par jour. D’après ces données, les tueries dans les écoles américaines représentent plus du double de la moyenne du reste du monde.

 

Les massacres en général 

Les massacres en milieu scolaire aux Etats-Unis peuvent être considérés comme une sous-branche des attaques armées répandues sur l’ensemble du pays. Il est question de quatre différentes catégories de meurtres par armes à feu : les attaques armées et les conflits, les accidents par armes à feu, les suicides et les tueries. Actuellement, chaque jour 92 Américains meurent suite à une attaque armée. Depuis 1970, 1,5 million d’Américains sont morts suite à une attaque armée, un chiffre bien plus élevée que les pertes enregistrées par les Etats-Unis pendant les guerres. 58 personnes ont été tuées dans un massacre au Nevada en 2017 et 49 autres en Floride en 2016.

Les massacres de masse s’expliquent principalement par le port d’armes répandu dans la société américaine. Les Américains représentent 4,4% de la population mondiale mais ils possèdent 42% des armes individuelles dans le monde. 31% des massacres de masse se produisent aux Etats-Unis. Les Etats-Unis sont le pays où le nombre d’armes à feu par habitant est le plus élevé du monde devant le Yémen.

 

Le taux de criminalité en général

Les taux de criminalité aux Etats-Unis sont bien plus élevés que dans le reste du monde. Selon les statistiques du FBI, 1.195.704 personnes ont commis des actes de violence aux Etats-Unis en 2016. 15.696 personnes ont été tuées. 71.5% de ces meurtres ont été commis par des armes à feu. En 2016, 1.152 personnes ont été tuées par la police.C’est de nouveau aux Etats-Unis que le taux de viols est le plus élevé. En un an, 90.185 viols ont été déclarés. 62% des victimes ont moins de 18 ans, dont 29% moins de 11 ans. (http://www.milliyet.com.tr/abd-nin-korkunc-suc-istatistikleri-istanbul-yerelhaber-2501762/)

 

Meurtres contre libertés ?

Même si les médias ne s’en aperçoivent pas, le taux de criminalité est affolent. Retournons à notre thème, les tueries commises dans les établissements scolaires. Concernant les tueries et les écoles, les débats aux Etats-Unis portent généralement sur la liberté du port d’armes garantie par la Constitution. Ils relèvent que le port d’armes est un droit fondamental et immuable accordé par la Constitution américaine.

L’Amérique est un territoire extrêmement vaste. Son histoire est marquée par de violents conflits avec les Indiens d’Amérique ou entre Américains. Par conséquent, la liberté du port d’armes peut être considérée comme un débat relativement raisonnable dans un tel pays. Néanmoins, le fait que le débat porte uniquement sur les libertés constitutionnelles reste difficile à comprendre pour les autres sociétés.

Le débat a en effet plusieurs aspects. C’est une perte de temps d’évaluer uniquement du point de vue des libertés constitutionnelles le débat dans un pays où chaque année des milliers de personnes sont tuées par des armes à feu. Il y a aussi les propositions étranges comme celle du président Trump : armer les enseignants. En effet, une telle proposition a été acceptée par le Sénat de la Floride. Comment l’armement des enseignants peut-elle résoudre le problème dans ce pays où quasiment tout le monde porte une arme et des milliers d’enfants meurent chaque année dans les écoles ? Vont-ils remettre aux enseignants des armes plus sophistiquées pour éviter des tueries dans les écoles ? Dans ce cas, si les étudiants détiennent des armes encore plus sophistiquées, les enseignants seront-ils se doter d’armes nucléaires ? Les Etats-Unis envisagent-ils de reproduire la course à l’armement appliquée contre certains pays dans l’arène internationale, entre les enseignants et les élèves ? C’est incompréhensible.

 

Que faut-il faire ?

Comme le dit l’écrivain espagnol Ortega Gasset, la civilisation matérielle est un difficile problème. Plus le développement progresse et plus le danger grandit. Le débat sur les écoles et les crimes doit être séparé des libertés et/ou de l’interdiction d’armes. La question comprend plusieurs autres facteurs. Dans le cas de certains meurtres, les auteurs partagent ouvertement sur les réseaux sociaux ce qu’ils s’apprêtent à faire et comment ils y procéderont. Différentes analyses doivent être faites dans ce cadre. L’écrivain américain Adam Lankford a fait une déclaration intéressante dans ce contexte. Il estime que les tueries découlent de la culture américaine des armes et de l’enseignement selon lequel les étudiants sont extraordinaires et peuvent obtenir tout ce dont ils désirent. Les enfants qui ne grandissent pas dans un environnement familial, qui sont seuls et désemparés, peuvent tenter de se prouver dans la provocation de la culture moderne.

Les tueries commises aux Etats-Unis qui font plus de morts que les guerres contre un autre pays ou plus de victimes que le terrorisme dans de nombreux pays, ne peuvent être uniquement débattus sur l’axe du désarmement ou des libertés constitutionnelles. Il faut également donner place à des analyses sociologiques, psychologiques, pédagogiques, pathologiques, éducatives et culturelles pour pouvoir expliquer les tueries commises aux Etats-Unis. Le besoin de la spiritualité réfrénant une société ayant atteint un certain niveau de prospérité financière doit absolument être ajouté à ces analyses. Le fait que les habitants d’un pays qui devient de plus en plus agressif sur l’arène internationale, ressente moins le besoin de légitimité, mérite également d’être analysé. Pourquoi les Américains ressentent-ils le besoin de s’armer de manière incomparable avec le reste du monde ? Cette situation n’est-elle pas le reflet d’une profonde crise sécuritaire individuelle et sociale ?

J’espère que les rassemblements organisés aux Etats-Unis porteront leurs fruits, car le droit à la vie est plus précieux que tout.

 



SUR LE MEME SUJET