ONU: les meurtres commis par Israël à Gaza peuvent constituer un "crime de guerre"

Le rapporteur de l'ONU sur la Palestine a annoncé mardi que l'usage de la force contre les manifestants palestiniens par Israël peut constituer un "homicide volontaire" et "un crime de guerre"

ONU: les meurtres commis par Israël à Gaza peuvent constituer un "crime de guerre"

Le rapporteur de l'ONU sur la Palestine a annoncé mardi que l'usage de la force contre les manifestants palestiniens par Israël peut constituer un "homicide volontaire" et "un crime de guerre". 

Dans un communiqué, Michael Lynk, le rapporteur spécial de l'ONU sur la situation des droits de l'homme en Palestine, a appelé Israël à mettre fin à son agression meurtrière contre les manifestants le long de la frontière de Gaza, qui semblent ne poser aucune menace crédible pour les forces israéliennes. 

"Je dois rappeler que le droit international des droits humains établit des interdictions strictes sur l'utilisation de la force par les forces de l'ordre. La force meurtrière contre des manifestants est interdite à moins que cela est absolument inévitable, dans le cas d'une menace imminente pour la vie ou une menace de dommage grave", a-t-il souligné.

"Le meurtre de manifestants, en violation de ces règles, et dans le contexte de l'occupation, peut équivaloir à l'homicide volontaire, une infraction grave de la quatrième Convention de Genève, ainsi qu'à un crime de guerre", a-t-il dit.

Lundi, l'armée israélienne a perpétré un massacre contre les manifestants pacifiques à la frontière de la Bande de Gaza, où 60 personnes ont été tuées et plus de 2 770 autres blessées par des balles réelles, des balles en caoutchouc et des grenades lacrymogènes.

Les manifestants protestaient contre le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem et commémoraient le 70ème anniversaire de la "Nakba" palestinienne.



SUR LE MEME SUJET