• VIDEOS

Un réfugié camerounais trouve le bonheur en Turquie (témoignage)

"La nuit du 15 juillet [ qui coïncide avec la tentative du coup d’Etat en Turquie ] nous sommes aussi descendus dans les rues. Je n’ai pas dormi durant deux jours", explique Ebale Mekui, un réfugié camerounais

Un réfugié camerounais trouve le bonheur en Turquie (témoignage)

 

Ebale Mekui, un Camerounais âgé de 43 ans, a été confronté aux conditions difficiles de la guerre sur deux continents différents. Désormais réfugié en Turquie, il exprime sa joie de pouvoir enfin vivre en toute sérénité. 

Lors d’un entretien accordé à l’agence Anadolu, Mekui explique avoir perdu sa mère et son père au cours de la guerre civile au Cameroun. 

"C’est après leur décès que j’ai décidé de quitter mon pays accompagné de ma femme et de mes deux enfants. Nous sommes partis à Damas, en Syrie. En 2011, la guerre civile a éclaté et nous avons dû aussi quitter la Syrie où nous avions vécu durant environ trois ans. Puis nous nous sommes réfugiés en Turquie", a-t-il expliqué. 

Aujourd’hui, Ebale Mekui consacre ses journées à diverses activités artisanales qui lui permettent de gagner de l’argent et de vivre en Turquie. 

Dans son atelier à Nevsehir, dans le centre de la Turquie, Mekui crée et vend des objets décoratifs en bois, en plâtre et en céramique. 

Connu de son entourage pour son caractère animé et vivant, Mekui a développé de bonnes relations avec les habitants et les commerçants de son quartier. 

Ebale Mekui a confié que son plus grand souhait est de pouvoir rencontrer un jour le président turc, Recep Tayyip Erdogan. 

Désormais père de six enfants, Mekui espère qu'ils obtiendront la nationalité turque pour ensuite effectuer leur service militaire en Turquie. 

"La Turquie est un très beau pays, j’y vis sans problème. Mes enfants vont à l’école, j’exerce différentes activités artisanales. J’ai de bons amis en Turquie. La nuit du 15 juillet [ soit de la tentative du coup d’Etat en Turquie ] nous sommes aussi descendus dans les rues. Je n’ai pas dormi durant deux jours", a-t-il conclu.

 

 

 

 

 

 

 

 

AA



SUR LE MEME SUJET