Salon économique international d'Istanbul: "Une importante vitrine pour les produits tunisiens"

La Tunisie et la Turquie doivent "agir en partenaires plutôt qu'en adversaires" (dirigeant du patronat turc)

Salon économique international d'Istanbul: "Une importante vitrine pour les produits tunisiens"

Le président de la commission internationale de la puissante organisation patronale turque, la Musiad, Zeki Gûvercin, a achevé lundi une visite en Tunisie, dans le cadre d'une tournée africaine pour convier les opérateurs à participer au salon économique international qui se tiendra du 21 au 24 novembre prochain à Istanbul. 

Pour le responsable de l'organisation turque, il s'agit d'un "événement économique de très grande envergure", dont le principal volet consistera en un salon d'exposition s'étendant sur quelque 100.000 mètres carrés et qui donnera lieu à un forum international, auquel participeront environ 8.000 chefs d'entreprise venus de 140 pays, en plus de 80 ministres de l'Economie, de l'Energie, de l'Agriculture et autres. 

En marge de cet événement, baptisé "Musiad international fair 2018", se tiendra le congrès mondial des jeunes chefs d'entreprise, où sont attendus près de 2.000 promoteurs de moins de 30 ans représentant les cinq continents. 

Parallèlement, Istanbul accueillera le "sommet turco-africain" qui aura à se pencher sur les thèmes de l'énergie, de l'agriculture et du partenariat public-privé (PPP), considéré comme "une des meilleures voies pour le financement et l'accompagnement des projets, à même de répondre aux besoins des quelque 1,2 milliard d'Africains dans ces domaines". 

"Nous sommes venus en Tunisie pour convier les chefs d'entreprise et les organisations patronales à se rendre sur le marché turc et à prendre part à cet événement qui leur offrira une vitrine assez importante pour présenter les produits tunisiens aux 140 pays participants et échanger avec l'ensemble des opérateurs turcs", a déclaré Gûvercin dans une interview à la Chaîne internationale de la radio tunisienne (RTCI). 

Mettant en exergue l'importance de ce salon qui fera d'Istanbul une capitale économique mondiale pendant quatre jours, il a noté qu'il sera inauguré par le président turc, Recep Tayyip Erdogan. 

Le président de la commission internationale de la Musiad a, dans ce contexte, fait ressortir "les échanges très importants et fréquents entre son organisation et son homologue tunisienne, l'Utica, liées par une convention de partenariat depuis plusieurs années, ainsi qu'avec les chefs d'entreprise tunisiens et les autorités consulaires et diplomatiques. 

"Nous avons énormément d'échanges et nous entretenons une excellente relation que ce soit avec le patronat ou les organisations étatiques qui sont nos partenaires", s'est-il félicité. 

S'agissant du déficit qu'accuse la balance commerciale au détriment de la Tunisie, il l'a attribué à des facteurs "idéologiques", voire "passionnels" qui, à ses yeux, font que "l'on soit plus exigeant avec les amis très proches ". 
"Je pense qu'il s'agit plutôt d'un déficit de communication et d'une méconnaissance du sujet, un débat qui, malheureusement, est très fortement idéologique", a-t-il opiné. 

Il s'est dit persuadé que les opérateurs économiques doivent se garder de s'immiscer dans de tels débats, en se consacrant aux volets économique et de l'investissement. "Je pense qu'il faut que l'on soit un peu plus volontariste", a-t-il suggéré. 

Faisant ressortir les nombreuses proximités qui rapprochent Turcs et Tunisiens, dont la similitude de leurs drapeaux, les affinités historiques et culturelles, il a plaidé pour une communication qui puisse déboucher sur des affaires. 

"On est dans un environnement où il vaut mieux agir en alliés, surtout pour des pays comme les nôtres qui sont vraiment partenaires à moyen et à long terme", a-t-il fait valoir en estimant que "les turbulences idéologiques sont très secondaires et ne sont, du reste, pas de notre ressort". 

"Il faut aller de l'avant et sortir de ce débat parce qu'on a beaucoup de potentiel sur le marché turc. Le salon international Musiad Expo d'Istanbul représente une opportunité précieuse pour les exportations tunisiennes afin qu'elles se fassent connaître auprès du consommateur turc", a-t-il insisté notant qu'un stand sera consacré "gratuitement" à la Tunisie. 

M. Gûvercin a, par ailleurs, mis l'accent sur l'intérêt que revêt la Tunisie pour la Turquie qui a "une politique africaine très importante". 

"Quand on parle de Tunisie, on raisonne plutôt Afrique. On perçoit la Tunisie comme la porte d'entrée de l'Afrique, parce qu'elle a des accords de libre-échange avec de nombreux pays du continent", a-t-il fait observer. 

Dans une récente interview, l'ambassadeur de Turquie à Tunis, Omer Faruk Dogan, a qualifié la Tunisie de "partenaire stratégique de la Turquie". 

"La Turquie importe pour 250 milliards de dollars. Pourquoi la Tunisie ne prend-elle pas sa part dans ces importations? (pour redresser le déficit commercial)", a-t-il préconisé. 

"Nous en avons besoins en Turquie et notre souhait est qu'il y ait un partenariat gagnant-gagnant entre la Turquie et la Tunisie", a-t-il dit. 

Interrogé sur la situation économique en Turquie, le dirigeant de la centrale patronale turque a dit s'attendre que "les choses vont rentrer dans l'ordre au début de l'année prochaine", après les turbulences occasionnées par les mesures unilatérales prises par l'administration Trump entraînant une chute de la lire turque. 

"Les fondamentaux de l'économie turque sont bons et au niveau macroéconomique il n'y a pas de problèmes", a-t-il assuré notant que la dette publique turque qui se situe à 30% du PIB, "ferait des envieux partout dans le monde où de nombreux pays atteignent les 100% voire plus". 

Selon lui, grâce aux mesures prises par le gouvernement turc et au soutien du marché intérieur et du patronat, "les choses se passent bien en dépit d'une forte inflation". 
"Les investissements étrangers sont en hausse et il y a une très grande rentrée de capitaux, ce qui conforte le tissu économique qui est très vivace", s'est-il félicité. 
 



SUR LE MEME SUJET