Le nazisme au Parlement européen (Etude)

Les résultats des législatives en Allemagne ont été considérés comme un fait ordinaire dans le monde. Pourtant un parti raciste a obtenu des sièges au Parlement allemand, tout comme ça avait été le cas aux Pays-Bas, en France et en Belgique.

Le nazisme au Parlement européen (Etude)

Les résultats des législatives en Allemagne ont été considérés comme un fait ordinaire dans le monde. Pourtant un parti raciste a obtenu des sièges au Parlement allemand, tout comme ça avait été le cas aux Pays-Bas, en France et en Belgique. Ce groupe raciste va aussi nommer des représentants au Parlement européen.

Sur les terres de naissance et d’expansion du nazisme en Europe, les Nazis seront au Parlement européen.

En effet le monde entier doit réfléchir de long en large et trouver une solution pour éviter le gouffre dans lequel nous sommes trainés. Néanmoins on observe surtout un silence chez les intellectuels occidentaux. Que vous réagissiez ou pas, le sinistre du nazisme viendra vous taper à la porte. Le nazisme et le racisme ont pu trouver un espace de vie en Europe après que celle-ci ait commencé à s’éloigner de ses idéaux et valeurs de la civilisation. Il y avait deux valeurs qui faisaient de l’Occident ce qu’il est. L’une est la démocratie et l’autre, son interprétation des droits de l’homme. Mais après la Guerre froide, le monde occidental a brutalement utilisé ces deux valeurs sur lesquelles il avait fondé toute sa civilisation. Les moyens de communication de masse se sont répandus. Ainsi, deux individus très loin l’un de l’autre, ont chacun trouvé l’occasion d’obtenir une quelconque information sur la vie quotidienne à la même vitesse. Au fur et à mesure que les hommes à l’Orient ont eu accès aux connaissances, ils ont demandé plus de liberté tant au niveau social qu’étatique.   

Ces demandes ont mis au jour le visage dualiste de l’Occident en matière de démocratie. A l’Orient, les individus peuvent exprimer leur demande de liberté auprès de leur Etat et fournir des efforts dans ce sens. Ils doivent aussi réaliser leur demande. Mais une fois que ces libertés individuelles se sont manifestées au niveau social et étatique, l’Occident a totalement changé de position.  

Pour l’Occident, nous Orientaux, pouvons être libres et consommer jusqu’à là où commencent les intérêts de l’Occident. Par exemple, comparons deux ouvriers d’un constructeur automobile européen qui sont employés l’un en Allemagne et l’autre en Inde. Ce constructeur européen peut fournir tout effort pour préserver les droits syndicaux des ouvriers. En observant jusqu’ici, on peut dire que la priorité pour le capital occidental n’est pas le bénéfice mais le niveau de prospérité. Pourtant en pratique la situation est très différente.

Par exemple le prix d’un véhicule fabriqué en Allemagne par cette entreprise est le même que celui fabriqué en Inde, au Pakistan, en Corée du sud ou en Turquie. Mais les différences de revenus chez les ouvriers qui fabriquent ce véhicule, sont énormes. Un ouvrier en Allemagne peut acheter tous les jours de la viande et se nourrir selon les normes de l’Organisation mondiale de la Santé. Mais l’ouvrier indien touche moins que ce que l’ouvrier allemand gagne en une semaine.

Quand vous transmettez cette situation contradictoire au capital, la réponse que vous entendez est hautaine et de nature à marginaliser. De même, les demandes des Etats d’établir des relations extérieures au même niveau ne sont pas accueillies favorablement par les Occidentaux. Ils semblent vouloir continuer leurs habitudes coloniales. Ils ont toujours une approche hautaine, dédaigneuse et impérieuse.

Par exemple vous êtes le leader d’un pays oriental et vous obtenez plus de la moitié des voix des électeurs au cours d’un vote intact et sans fraude. Quand vous commencez à défendre les intérêts de votre pays contre l’Occident et à exprimer que vous êtes à niveau égal avec eux, vous êtes la personne la plus mauvaise au monde.

On commence soudainement à vous accuser d’être dictateur alors que votre parlement, votre justice, vos universités et vos systèmes de communication fonctionnent sans censure. 

Lorsque vous êtes appuyés par votre peuple assoiffé de libertés à chaque fois que les urnes sont installées, vous devenez encore plus dictateur aux yeux des Occidentaux. Vous êtes accusé d’être frauduleux quand vous obtenez le soutien de 52% de votre peuple mais un leader politique européen qui gère son gouvernement en recueillant 31% des voix, est considéré comme le vainqueur de la démocratie. Comme nous venons de le dire, comme il n’existe plus d’obstacle empêchant l’accès à la connaissance, un berger en Turquie et un politicien allemand à Hambourg ont accès à l’information en même temps. Et à juste titre, le berger turc remarque quelque chose qui tourne mal. C’est ce qu’il demande aux Occidentaux qu’il considère comme ses alliés et ses partenaires. Mais cet Occidental garde son approche hautaine. Quand les demandes et réclamations de libertés se multiplient à l’Orient, les politiciens occidentaux recourent aux discours nationaliste dans leur pays.

Les parties de masse en Occident adoptent les discours de petits partis racistes pour un populisme politique et des ambitions de pouvoir. Ces partis de masse qui emploient des discours loin de la démocratie, des droits de l’homme et qui constituent parfois des crimes de haine, ont fait réapparaitre le Pegida, le Nazisme et le chauvinisme.

Les partis de masse ne sont pas les seuls ; les partis de gauche et sociaux-démocrates qui sont les défenseurs des droits de l’homme universel, ont aussi un langage raciste et chauvin. Ils expriment ce discours raciste et qui représente un crime de haine, en moyennant le socialisme, la démocratie sociale et les droits de l’homme fondamentaux.

Presque la totalité des politiciens occidentaux du dernier quart de siècle ont commis cette erreur et ils ont fait grandir la boule de neige pour en faire une avalanche. Regardez l’exemple des Pays-Bas. Presqu’un an s’est écoulé depuis les élections mais aucun gouvernement n’a pu être formé en raison du parti fasciste raciste. Il en est de même en Belgique. Côté Autriche, vous voyez une course avec l’Allemagne dans le discours nazi. Même en France qui est le berceau de la lutte démocratique, les politiciens espèrent obtenir quelque chose par des discours racistes.

Les erreurs répétées en permanence au fil des années ont grand ouvert les portes du Parlement européen aux parlementaires racistes et nazis. Les partis de masse qui ont souhaité tirer profit du racisme alimenté par les crises économiques et politiques en Europe, vont aussi adopter le même langage.

Le racisme et le crime du nazisme sont malheureusement les futurs discours candidats en Europe dans la nouvelle période. Ce qui est très attristant, c’est que les discours nazis et racistes ainsi que les crimes de haine vont aussi être exprimés comme des « opinions » au Parlement européen qui devait pourtant, comme indiqué lors de son inauguration, ne jamais abandonner les valeurs humaines et les principes de la démocratie. J’espère que les intellectuels européens sont conscients de ce danger.



SUR LE MEME SUJET