Analyse sur l'évacuation d'Alep et l'opération Bouclier de l'Euphrate

Analyse de Cemil Dogac Ipek, enseignant-chercheur au département des Relations internationales de l’université Ataturk

Analyse sur l'évacuation d'Alep et l'opération Bouclier de l'Euphrate

Après l’évacuation d’Alep, la grande partie des groupes opposants turkmènes au sein de l’Armée syrienne libre (ASL) ont quitté İdlib et rejoignent l’opération ‘Bouclier de l’Euphrate. Nous allons analyser cette semaine l’évacuation d’Alep, la situation des Turkmènes de Syrie et les développements dans l’opération Bouclier de l’Euphrate.

Une nouvelle ère commence en 2017 en Syrie. C’est pourquoi tous les acteurs de la crise syrienne revoient leur position, renouvellent leur stratégie. Les Turkmènes qui sont une population ancienne dans ce pays, sont l’un des acteurs essentiels en Syrie.

Après l’évacuation d’Alep, la grande partie des groupes opposants turkmènes au sein de l’Armée syrienne libre (ASL) ont quitté İdlib pour rejoindre l’opération ‘Bouclier de l’Euphrate. Les Forces armées turques ont commencé le 24 août 2016, l’opération ‘Bouclier de l’Euphrate avec l’Armée syrienne libre et les troupes turkmènes à Jarablus qui était contrôlé par DAESH. L’arrivée en Syrie des combattants turkmènes membres de la Brigade Muntasir Billah, la Brigade Fatih Sultan Mehmet et la Brigade Sultan Murat est presque terminée.

Les groupes turkmènes en question ont actuellement des quartiers généraux dans la région située entre Azez et Jarablus. Les Turkmènes combattent héroïquement depuis longtemps pour protéger leurs terres de l’organisation terroriste Daesh. Avec la participation des groupes évacués d’Alep, la région entre Azez et Jarablus sera renforcée et les groupes liés à l’Armée syrienne libre à proximité d’Al-Bab seront soutenus. Il n’est pas possible que nous donnions plus de détails pour des raisons de sécurité, mais nous pouvons affirmer qu’il s’agit d’une importante participation.

En raison des conditions d’hiver et des mesures prises pour protéger les civils dans le cadre de l’opération Bouclier de l’Euphrate, les troupes avancent très prudemment. Nous devons également souligner que Daesh résiste à l’Armée syrienne libre dix fois plus qu’il faisait face à l’organisation terroriste PKK/YPG. Par exemple, nos forces ont découvert et détruit jusqu’à présent 2.335 bombes artisanales et 42 mines de l’organisation terroriste Daesh. L’Occident joue certainement un important rôle dans la résistance de Daesh. Le fait que l’Occident ait reporté ses opérations à Raqqa et Mossoul a permis à cette organisation terroriste de déplacer une bonne partie de ses forces à Al-Bab.

Avec son assaut à al-Bab, la Turquie est non seulement sur le point de frapper un coup dur à Daesh mais également d’empêcher l’ouverture d’un couloir du PKK dans le nord de la Syrie. La ville d’al-Bab possède une importance très stratégique pour la région sécurisée prévue d’être constituée au nord de la Syrie.

Le nord de la Syrie possède plusieurs particularités différentes par rapport à l’ensemble de la Syrie (comme c’est le cas dans le nord de l’Irak qui a plusieurs particularités différentes comparé à l’ensemble de l’Irak). Il faut analyser cette région avec la région anatolienne du sud-est et avec le nord de l’Irak. La région anatolienne du sud-est, le nord de la Syrie et le nord de l’Irak étaient dirigés en tant que provinces de Diyarbakir, d’Alep et de Mossoul sous le règne de l’Empire Ottoman.

Actuellement, il y a environ 150 villages turkmènes entre Azez et Jarablus. Ces villages turkmènes continuent jusqu’à l’est du fleuve de l’Euphrate. Il y a environ 60 villages turkmènes à l’est de l’Euphrate. Et plus de 50 villages turkmènes entre Akcakoyunlu et Minbij. Il y a 15 villages turkmènes au sud de Minbij. Il y a presque 50 villages turkmènes entre Cobanbey et le centre d’al-Bab, au nord-est d’Alep. Il existe également près de 25 villages turkmènes (majoritairement des Turkmènes Barak) entre Jarablus et Sajour, un affluent de l’Euphrate. En outre, il y a plus de 20 villages turkmènes au sud du Sajour. 60 autres villages turkmènes longent la région jusqu’à Belih, à l’est de l’Euphrate.

Ces derniers temps, Daesh note de lourdes pertes face à la République turque et ses alliés au nord de la Syrie. S’il perd également al-Bab, il sera fortement isolé. Cela pourrait engendrer une sérieuse lutte entre les opposants appuyés par la Turquie, et l’organisation terroriste PKK/YPG ainsi que le régime Assad pour reprendre les régions des mains de Daesh.

Je pense que dans la période à venir, le Bouclier de l’Euphrate et les Turkmènes de Syrie seront plus visibles autant sur le terrain qu’à la table ronde. Si la communauté internationale leur apporte son soutien, les Turkmènes pourraient jouer un rôle important dans l’établissement d’un ordre démocratique et laïc au Moyen-Orient et en Syrie. Distancés des formations radicalisées, les Turkmènes vaincront, s’ils se renforcent, les organisations salafistes autant dans la lutte armée que dans la lutte idéologique. Cela permettra à l’Europe de se protéger du flux migratoire et des organisations terroristes salafistes.

 

 

           



SUR LE MEME SUJET