• VIDEOS

Le poignard fixé sur le bout du bois (étude)

Malheureusement les politiques mises en application jusqu’au jour où le président américain Donald Trump a annoncé la Stratégie de sécurité nationale, sont compatibles avec cette définition

Le poignard fixé sur le bout du bois (étude)

L’aventure de l’homme pour le développement des technologies et techniques de guerre continue à une vitesse étourdissante. Cette aventure avait commencé par la fabrication de bois au bout desquels étaient fixées des pierres pointues. 

L’homme a connu une révolution dans l’art de combat en plaçant un instrument tranchant, semblable à un glaive ou un poignard, au bout de ce bois. Car pendant la chasse, les instruments de petite portée étaient souvent inefficaces contre les animaux sauvages qui sont plus forts que les hommes.

Les hommes utilisent toujours la méthode la plus ancienne mais qui donne le meilleur résultat. Cette méthode a continué son existence à toutes les époques avec certaines modifications quant à son contenu. Alors qu’au départ c’était des métaux à doubles tranchants et pointus qui étaient installés au bout des bois solides et résistants, aujourd’hui ce sont les hommes qui sont utilisés à cette fin.

Malheureusement les politiques mises en application jusqu’au jour où le président américain Donald Trump a annoncé la Stratégie de sécurité nationale, sont compatibles avec cette définition.

L’administration Trump transforme en zone de crise tous les endroits où elle intervient, allant de l’Asie-Pacifique à l’Europe du nord. Le poignard au bout du bois ne pouvait pas mieux décrire un politicien.

Pendant sa campagne électorale, Trump avait promis d’établir des liens directs avec les Etats dans des zones problématiques et non pas avec des organisations et dérivées, s’engageant à apporter son aide pour stopper le chaos dans le monde. De plus, Trump avait exprimé à maintes reprises que son prédécesseur Obama était à l’origine de ce chaos qui existe dans le monde. Il avait même défendu que DAESH avait été créé par l’administration Obama. 

A vrai dire, nous journalistes et analystes politiques, considérions comme un acte individuel le fait que Trump, tel un poignard fixé sur un bois, entraine des blessures partout vers où il se tourne. Nous estimions qu’il s’agissait d’une politique individuelle de Trump et non pas celle de l’Etat américain. 

Toutefois, dans la Stratégie de sécurité nationale américaine que le président Trump vient de publier, ce dernier met en évidence que son gouvernement lui-même est le poignard sur le bois. Voici selon moi la phrase la plus frappante de la Stratégie de sécurité nationale annoncée par Trump : « La stratégie de sécurité nationale comporte les signatures de l’ensemble des membres du cabinet ». C’est-à-dire que le gouvernement et l’Etat américains vont, main dans la main, défendre et appliquer les politiques qui vont déclencher le chaos dans le monde. Vu sous cet angle, nous pouvons facilement arriver à cette conséquence. Le problème de sécurité nationale aux Etats-Unis provient principalement de l’intérieur des Etats-Unis. Cette perception va faire heurter les Etats-Unis contre un mur solide.

Car aucun pays n’a envisagé jusqu’à ce jour, une lutte contre l’ensemble du monde avec son Etat et son gouvernement. Même dans l’Allemagne nazie, plusieurs politiciens et scientifiques se sont opposés à Adolf Hitler. Aujourd’hui même, l’Etat et la bureaucratie rejettent les politiques d’une coalition d’extrême droite en Autriche où le gouvernement est en train de prendre un caractère semblable.

Par exemple l’intelligence de l’Etat a fait plusieurs adjonctions aux explications sur les politiques de l’UE du nouveau Premier ministre accusé de sympathie au nazisme, Sebastian Kurz, pour affirmer que l’Autriche ne quittera pas le monde occidental. Nous voyons que l’intelligence de l’Etat autrichien, c’est-à-dire la bureaucratie, adoucie tant que possible les politiques d’extrême droite et de marginalisation de Kurz. 

Toutefois il n’existe pas de bureaucratie semblable aux Etats-Unis. L’intelligence de l’Etat, y compris la CIA, le département de la Justice, le Pentagone, la NSA et même le Congrès soutiennent cette stratégie de Trump. Le monde entier observe même un excès de la part de plusieurs établissements publics qui dépassent même Trump.

Pourtant les Etats-Unis que nous avons eu l’habitude de voir jusqu’à ce jour, produisaient des politiques au Congrès, au Sénat ou à la Maison Blanche qui ne portaient pas atteinte à la balance mondiale.

C’est-à-dire que chaque établissement développait des politiques qui équilibraient celles d’un autre et essayait de contribuer au maintien de la paix mondiale.

Qui a rassemblé le Congrès, le Sénat, la bureaucratie et la Maison Blanche qui sont les principaux établissements des Etats-Unis, autour d’un tel programme qui va porter atteinte au bonheur mondial ? Avant d’étudier le contenu plein de catastrophes de la Stratégie de sécurité nationale que les Etats-Unis ont annoncée, il faut d’abord répondre à la question demandant « Qui ou quelle puissance a fait de l’Etat et du système américains, le poignard fixé sur le bout du bois ? ». 



SUR LE MEME SUJET