• VIDEOS

Fahreddin Pacha : Un héros qui illumine notre époque

Etude de Cemil Dogac Ipek, docteur en Relations internationales à l’université Ataturk

Fahreddin Pacha : Un héros qui illumine notre époque

          Il y a peu, le ministre émirati des Affaires étrangères Abdoullah Ben Zayed a partagé un tweet très discourtois. Le tweet partagé était une grande calomnie contre Fahreddin Pacha qui a défendu Médine contre l’occupation britannique. Par la suite, Fahreddin Pacha et l’époque concernée ont largement été discutés. 

          Il y a peu, le ministre émirati des Affaires étrangères Abdoullah Ben Zayed a partagé un tweet immoral et loin de la courtoisie diplomatique. Dans ce tweet, Fahreddin Pacha qui a sauvé les reliques sacrées et les apportées de Médine à Istanbul, était accusé de vol. Médine était alors assiégé par les Wahhabites et sous menace britannique. Voyons d’abord qui est Abdoullah Ben Zayed. Comme nous l’avons souligné au cours de nos précédentes émissions, cette personnalité est à l’origine de plusieurs problèmes observés récemment au Moyen-Orient. En outre, il est le frère de Mohammed Ben Zayed, l’héritier d’Abu Dhabi et le véritable dirigeant présumé des Emirats arabes unis.

          En raison de son comportement, Abdoullah Ben Zayed a suscité la réaction non pas seulement des Turcs mais aussi du monde arabe. Les Arabes raisonnables et connaissant l’histoire récente ont souligné que « si Fahreddin Pacha n’avait pas apporté les reliques sacrées à Istanbul, elles n’étaient pas aujourd’hui entre les mains des musulmans ».

          L’Empire ottoman a apporté des services dans la région du Hedjaz à partir de 1517. Les sultans turcs ont fait la course pour rendre service aux lieux sacrés à la Mecque et Médine dès 1517. Après le début de la Première Guerre Mondiale, Hedjaz était l’une des régions les plus importantes que l’Empire ottoman ait défendues. En raison des préparatifs de soulèvement de Sharif Hussein, Fahreddin Pacha a été envoyé à Médine en tant que commandant du Hedjaz en 1916. Fahreddin Pacha qui a réussi à repousser les rebelles appuyés par les Britanniques, a fait les préparatifs pour transporter à Istanbul les reliques sacrées de Médine afin d’empêcher qu’elles ne passent entre les mains des rebelles et Britanniques. L’Empire ottoman a ordonné le 2 mars 1917 à Fahreddin Pacha d’évacuer les reliques sacrées. Pendant le temps qu’il a passé à Médine, Fahreddin Pacha a reçu le soutien des Arabes avec qui il avait des relations très étroites. A l’issue du soulèvement qui a dégénéré à la Mecque en raison des erreurs du gouverneur de la ville, Galip Pacha, la Mecque est passée entre les mains des rebelles. Les villes sont vite passées sous le contrôle des occupants à l’exception de Médine. Malgré les moyens restreints que Fahreddin Pacha avait en possession, il a continué de défendre la région. Entre temps l’Empire ottoman a signé le 30 octobre 1918, l’armistice de Moudros. Selon les conditions de l’armistice, Médine devait être rendu mais Fahreddin Pacha a refusé de le faire. Après l’armistice, il a encore défendu héroïquement Médine pendant 72 jours.

          Après que le ministre émirati des Affaires étrangères Abdoullah Ben Zayed ait accusé Fahreddin Pacha de vol, le président de la République de Turquie Recep Tayyip Erdogan a fait un discours. « Ô misérable qui nous adresse des accusations, où étaient tes ancêtres pendant que Fahrettin Pacha défendait Médine ? » a-t-il demandé. La réponse à la question du président Erdogan était dans les archives ottomanes. Plusieurs documents dans les archives montrent que l’arrière-grand-père de Zayed et leader de la tribu d’Abu Dhabi au 19e siècle avait attaqué sans cesse le Qatar, fait des vols, perpétré des massacres et ce, avec le soutien britannique.

          L’historien-chercheur de l’histoire turque, Murat Bardakci a récemment partagé quelques un des documents qui montrent que les ancêtres d’Abdoullah Ben Zayed étaient occupés à se révolter, voler et massacrer avec le soutien des Anglais. Il y a encore d’innombrables documents dans les archives ottomanes sur les crimes que la tribu d’Abu Dhabi a commis.

          En effet, Fahreddin Pacha n’était pas une personne dont on se souvenait dans le monde musulman il y a très peu. Il n’était pas très couvert dans les livres d’histoire tout comme la victoire de Kut al-Amara. C’est en très grande partie grâce au président turc Erdogan que l’on s’est rappelé de Fahreddin Pacha. M. Erdogan a évoqué Fahreddin Pacha dans plusieurs de ses discours depuis 2008. Pendant un cours aux officiers de l’Académie militaire, il a cité Fahreddin Pacha comme exemple aux militaires. Donc ce n’est pas pour rien que le président Erdogan est décrit comme « le petit-fils de Fahreddin Pacha » dans certaines agences de presse au Moyen-Orient. Cela veut dire que certains Arabes voient une position de Fahreddin Pacha chez le président Erdogan. 

          L’action discourtoise du ministre émirati des Affaires étrangères a largement mis en colère l’opinion publique turque. Selon moi, le public turc ne doit pas se fâcher. Or les petits fils de ceux qui ont trahi l’Empire ottoman, voient comment la tradition d’Etat passe des « grands-pères aux petits-fils » et ils en ont peur. Ce n’est peut-être pas pour rien que les pions des forces extérieures dans cette région ont peur de Fahreddin Pacha et de Recep Tayyip Erdogan. Cette peur pourrait être le signe d’un monde musulman à nouveau très puissant et prospère. Qui sait ?

 



SUR LE MEME SUJET