Nouvelle étape de la lutte antiterroriste de la Turquie: le Rameau d'olivier (étude)

Une étude de Cemil Dogac Ipek, Docteur en Relations internationales à l'université Ataturk .

Nouvelle étape de la lutte antiterroriste de la Turquie: le Rameau d'olivier (étude)

La Turquie planifiait depuis quelques temps une opération militaire contre une formation constituant une menace terroriste à ses frontières. La Turquie et les éléments de l’Armée nationale formée en Turquie depuis quelques temps, sont passés à l’action contre les éléments de l’organisation terroriste séparatiste dans la région d’Afrine. L’opération dont les préparations durent depuis longtemps, a été lancée à 17H00 le 20 janvier très peu de temps après la déclaration du président Erdogan. L’opération a été baptisée ‘Rameau d’olivier’.

          Du point de vue militaire, la Turquie et ses alliés ont tous les moyens nécessaires sur le terrain. Car depuis longtemps, des équipements militaires sont transférés dans la région. Outre les déploiements dans les frontières de la Turquie, les soldats de l’Armée syrienne libre/Armée nationale se trouvent à l’Est d’Afrine et les soldats turcs au sud. Par conséquent, l’opération effectuée ici, est différente de celle d’al-Bab. D’après ce que nous en comprenons, il y a aura d’abord un encerclement et ensuite un nettoyage.

          Afrine qui se trouve au nord-ouest de la Syrie, est une commune liée à la province d’Alep. Elle a une position importante sur la ligne frontalière avec la Turquie. Afrine était une région où vivaient ensemble Turkmènes, Kurdes et Arabes. Toutefois, l’organisation terroriste PKK/YPG influente dans la région, a en grande partie forcé les Turkmènes et les Arabes à émigrer. Les Turkmènes vivaient et avaient une sérieuse population à Afrine avant que le PKK/YPG devienne influente dans la région. Les villages, locations et noms des zones d’habitation des Turkmènes à Afrine et dans ses alentours sont comme suit : De Meydan-i Ekbez à la frontière, vers le sud : les villages Deli Osman, Bindirek, Velidli, Deli Oğlan, Güvende, Tepeköy, Koruköy, Pullu, Sokallı, Atamanlı, Aliviran, Firfirik, Meydanlıoba, Alemdar, Çakmak, Küçüksokalı Öksüzlü, Göbekköyü, Dağ Obası, Şeyler Obası, Dik Obası et Mağara.

De l’Est de la rivière Incesu, de la frontière de Gaziantep vers le sud : les villages Bülbül, Baliköy, Beğ Obası, Mahmut Oba, Kaleköy, Ziyaretköy, Serenci, Orta Oba, Aşağı Oba, Salkaya, Ali Beğ, Karışık, Konak, Hıdırlı, Çolaklı, Sağır Oba, Kuru Göl, Kaş Uzadı, Bebe Uşadı, Kurt Uşatı, Alkanlı, Duraklı, Alıcı, Kızılbaş, Küçük Kargın (Derviş Köyü), Belen, Naz Uşağı, Meydanlık, Çorbacıoğlu et Anbarlı.

La partie à l’Est du ruisseau Çerçim vers la frontière turque : les villages Derviş Oba, Küçük Atamanlı, Kadı Köyü, Mamalı Uşağı, Ömer Uşağı, Sarı Uşak, Kantarlı, Birincilik, Kantara, Mabedii, Çömezli, Al Cura, Hacı Kasımlı, Arslanın Köyü, Satı Uşağı, Kışla Köy, Selçik, Çakallı, Şeyh Çakallı et İnkale.

Si l’on continue du ruisseau Çerçim : Les villages Aşağı Kışla, Dar Güney, Subaşı, Çolaklar, Karabaş, Büyük Çakallı, Hacı Hasanlı, Aşağı Çobanlı, Tatarhanlı, Karanköy, Kocaman, Şeyh Abdurrahman Gazi, Gümüş Burç, Yaha Goz, Hacdar, Aceli et Hacı İskender.

Les villages turkmènes à l’Est de Cebeli Seman et dans la vallée Afrine Suyu : (dans l’ordre du nord à l’Est) : Kurt Kulağı, Kara Kurt Kulağı, Karatepe, Kersen Taş, Masut, Burç Gaziler, Çadırköy, İskanköy, Celeme, Eski Celeme, Göl Bayılı, Yukarı Divan, Molla Halil et Atmaköy.

Les villages turkmènes situés entre Azez et Afrine Suyu : İki Dam, Dam, Kuzuncu Pınar, Arpa Veren, Dikmetaş, Kozcupınarı, Umranlı, Büyük Kargın, Ali Beyli, Çimenli, Direkli, Aşağı Dam, Kastal, Ziyaret, Katma, Metinli et Ali köyü.

Dans la partie Est d’Azez : les villages Sucu, Kefer, Parça, Kefersuç, İğde, Havar, Hacar, Nasmiye, Telbattal, Kısacık, Telşahin, Çeke, Dudan, Kuru Mezra, Bağdili, Karaköprü, Yeniyapan, Mırgıl, Şamandıra, Savran, Tuğlu, Kızılmezra, Barak, Kefer, Kani, Tel Hüseyin, Yelbabal, El Beğli, Yahnil et Defterdar.

          Afrine ne doit pas être considérée comme une cible facile. Car l’organisation terroriste PKK/YPG se prépare depuis longtemps dans la région. Ils ont formé un grand nombre de militants dans cet objectif. Par conséquent, nous savons qu’ils ont creusé un grand nombre de tunnels et qu’ils ont en grande majorité été armés dans la région. Par ailleurs, les membres du PKK/YPG qui sont sortis de la même usine que les membres de Daesh, ont appris beaucoup de chose de ce dernier et appliquent cela sur le terrain. Lors de cette opération, ils vont utiliser les méthodes de Daesh telles que l’usage des civils comme bouclier humain. Toutefois, malgré tout cela,  l’Armée turque et ses alliés ont la force de vaincre, tôt ou tard, l’organisation terroriste séparatiste. Nous devons également souligné que cette opération ne vise absolument pas les Kurdes. De toute façon les Kurdes de la région en sont conscients. De plus ce détail est très important ; Des commandants kurdes occupent des postes clés dans les troupes turkmènes qui participent à l’opération. Eux aussi luttent corps et âmes contre l’organisation terroriste PKK.

          Du point de vue des Etats-Unis ; Afrine n’a pas une grande importance pour eux à ce niveau. De plus, ils peuvent même être satisfaits de cette opération. Il y a deux raisons à cela. La première, est la probabilité que la Russie vive des problèmes via Afrine. Quant à la seconde, elle est évidente, les Etats-Unis dirigent depuis un long moment avec l’organisation terroriste PKK, un projet militaire et politique à l’Est de l’Euphrate. Le fait que la Turquie se préoccupe d’un autre problème que ce projet contre lequel elle est directement opposée, peut être satisfaisant du point de vue des Etats-Unis.

          Comme dans l’opération Bouclier de l’Euphrate, la Turquie effectue cette opération selon le droit international et le droit de légitime défense découlant de l’article 51 de la Charte des Nations-Unies ainsi que des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sur la lutte contre le terrorisme.  Par conséquent, l’Opération Rameau d’Olivier est une action légitime du point de vue du droit international. Je pense que cette opération ne se limitera pas à Afrine et continuera. En réalité la conjoncture offre cette opportunité à la Turquie. Car, la Russie et les Etats-Unis sont dans une sérieuse concurrence au sujet de la Syrie. Dans cette conjoncture, la Turquie apparait en avant plan comme élément d’équilibre. La Turquie peut bénéficier de cette conjoncture. De toute façon, nous voyons cette détermination dans les déclarations du président de la République turque Erdogan. Ce ne sera pas une surprise que l’opération d’Afrine se poursuive avec Manbij et s’étende vers Tall Abyad. 



SUR LE MEME SUJET