• VIDEOS

L'évangélisme: conduire Dieu à l'Apocalypse et l'homme à une catastrophe (étude)

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

L'évangélisme: conduire Dieu à l'Apocalypse et l'homme à une catastrophe (étude)

L'évangélisme: conduire Dieu à l'Apocalypse et l'homme à une catastrophe

Nous débattons fortement des relations entre la religion et l’Etat en raison de l’héritage mortel provenant de FETO (organisation terroriste guléniste). La plupart du temps, nous pensons que les notions du pays dans lequel nous vivons n’ont de lien qu’avec nous, et nous en sommes malheureux. La décision de sanctions prises par les Etats-Unis à l’encontre de la Turquie en raison du pasteur Brunson, nous a montré que la situation n’est pas ainsi.

Jusqu’à ce qu’il fasse l’objet d’accusations après le 15 juillet, l’opinion publique turque ne connaissait même pas l’existence de Brunson, un missionnaire en Turquie depuis plus d’une décennie. La décision de sanctions prises par les Etats-Unis à l’encontre de la Turquie en raison de la détention du pasteur Brunson qui est accusé de soutenir le PKK et FETO, nous a poussés à réfléchir sur les relations entre la religion et l’Etat aux Etats-Unis. Même si dans ce pays,  l’affaire est évaluée dans le cadre de la liberté de culte, nous sommes contraints de nous pencher à nouveau sur les relations entre la religion et l’Etat, sinon il nous sera impossible de comprendre les Etats-Unis qui ont coutume de  faire des déclarations sous-estimant la souveraineté des autres-pays.

En fait, l’harmonie entre la religion et l’Etat dans un pays, n’est pas une chose à critiquer. Au contraire, cela peut être une situation positive du point de vue de la liberté de culte. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, les Etats-Unis,- ce pays fondé par les personnes fuyant la guillotine et le fanatisme religieux en Europe,- ont été perçus comme un pays où les habitants sont libres de pratiquer leur religion.

Au-delà de l’harmonie entre la religion et l’Etat, l’existence d’un « Etat théocratique » ne doit pas être non plus critiquée. Un Etat théocratique qui adopte une approche tolérante vis-à-vis des diversités et pluraliste au niveau des religions, peut ne pas engendrer de problèmes du point de vue des libertés et des droits de l’Homme. Une telle situation peut même entraver les quêtes impérialistes des pays. L’Etat ottoman où la religion avait un rôle prédominant, en est un exemple concret.

Ce à quoi nous devons nous opposer, n’est pas la relation harmonieuse des religions avec les Etats sur la base des droits et libertés fondamentaux, mais l’usage de la religion par un Etat pour ses propres intérêts impérialistes. Les plus mauvais exemples des relations entre religion et Etat sont Israël, en tant qu’Etat théocratique, et le sionisme en tant que religion d’Etat. Les musulmans, chrétiens et juifs qui cohabitaient depuis des siècles n’y arrivent plus en raison de l’administration israélienne.

Revenons aux Etats-Unis. Brunson est un évangéliste et le vice-président américain Mike Pence qui se déchaîne pour imposer des sanctions contre la Turquie, serait membre de la même secte. Les évangélistes seraient très influents dans la société, la politique et la bureaucratie américaines. Il y aurait 90 millions d’évangélistes aux Etats-Unis. Reagan et le fils Bush étaient également des évangélistes. Par conséquent, nous voyons que l’affaire Brunson ne concerne pas la Turquie, mais plutôt la relation entre les Etats-Unis et l’évangélisme.

Mais alors, qu’est-ce qu’est l’évangélisme ?

La première chose à préciser à ce sujet, c’est que l’évangélisme n’est pas une secte ou une confession orthodoxe ou catholique, mais protestante. Il a commencé à se différencier au 19e siècle. En tant que terme, évangélisme signifie « s’orienter vers le livre sacré ». Le livre sacré n’est pas seulement la Bible sacrée pour les chrétiens mais aussi l’Ancien Testament sacré pour les juifs. D’après cette interprétation protestante reformulée, le christianisme dominera le monde entier à la fin des temps, puis l’apocalypse surviendra. Mais cette situation peut durer longtemps dans son cours normal. C’est pourquoi, selon les évangélistes, ce processus doit être accéléré. Une des notions qui les séparent fondamentalement des autres chrétiens, c’est qu’ils pensent que les juifs constituent le « peuple élu », que les terres promises sont leurs droits et que les chrétiens doivent aider les juifs à reconquérir ces terres.

Comme l’a indiqué le Maitre de conférences Ozcan Gungor, invité à un programme de la Radio la Voix de la Turquie de TRT cette semaine, pour que l’évangélisme domine le monde entier, le processus doit être accéléré en sept phases.

La première phase est le retour des juifs sur les terres palestiniennes, ce qui s’est réalisé en grande partie.

La seconde phase est la fondation du « Grand Israël » sur une superficie qui englobe notamment une partie de la Turquie. Selon certains, le soutien inconditionnel des Etats-Unis à Israël au Moyen-Orient, son opposition au monde entier, et sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël malgré son isolement au sein de l’ONU, sont dus à l’influence de l’évangélisme dans la politique américaine. Il est presque impossible de commenter ces démarches avec une quelconque base rationnelle.

La troisième phase est la transmission au monde entier du message de la Bible. Le pasteur Brunson doit certainement se trouver en Turquie depuis plus d’une décennie dans cet objectif. Mais ce n’est pas seulement en Turquie. Nous savons que les missionnaires évangélistes mènent d’intenses travaux dans de nombreux pays, et particulièrement les pays musulmans, et convertissent au christianisme des millions de personnes en Afrique surtout.

La quatrième phase est une période catastrophique durant 7 ans.

La cinquième phase est le retour sur terre de Jésus-Christ.

La sixième phase est la guerre d’Armageddon qui aura lieu sous le leadership des évangélistes. Les « bons » et les  « mauvais » entreront dans une guerre mondiale mortelle. Cette guerre sera remportée par les « bons ». Il faut élargir les terres d’Israël pour pousser le plus tôt possible à cette guerre.

Quant à la septième phase, le christianisme domine dorénavant le monde entier et là aura lieu l’apocalypse.

Comme nous pouvons le voir, l’évangélisme coïncide entièrement avec les objectifs du sionisme jusqu’à la 6e phase. C’est pourquoi les évangélistes sont aussi appelés « les chrétiens sionistes ».

Au 19e siècle, le judaïsme était une des religions divines traditionnelles comme l’islam et le christianisme. Les juifs sionistes comme Teodor Herlz ont d’abord transformé le judaïsme. Aujourd’hui, il existe de nombreux juifs qui s’opposent fermement au judaïsme sioniste.

Nous savons que certains ont fourni des efforts jusqu’à peu, pour créer un islam compatible avec le sionisme en Turquie et dans les autres pays islamiques. Les notions comme « le dialogue entre religion », les commentaires et les pratiques hérétiques qui sont soi-disant effectués au nom de l’islam mais qui ne reposent sur aucune tradition, montrent ces efforts. Ces milieux, tout comme les évangélistes, affirment qu’Israël est la terre promise des juifs.

Supposer qu’une croyance compatible avec le sionisme se soit développée toute seule au sein du christianisme, n’est pas vraiment possible en raison des diversités religieuses et des conflits historiques. Nul doute, cette transformation est due aux efforts sionistes. Il existe de nombreux chrétiens qui s’opposent à l’évangélisme. Le pape catholique s’était d’ailleurs opposé à la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël. De même, les orthodoxes ne pensent pas comme les évangélistes et rejoignent parfois les musulmans face aux persécutions israéliennes.

L’Homme ne peut pousser Dieu à l’apocalypse, mais il est sûr que l’humanité est poussée vers une catastrophe. Il faut s’opposer à tout effort concernant le sionisme qui conduira l’humanité vers une catastrophe en modifiant la génétique des religions. Et cela ne sera possible qu’avec la coopération entre juifs, musulmans et chrétiens « génétiquement non modifiés », et de toute l’humanité souhaitant la paix dans le monde.



SUR LE MEME SUJET