Turquie : L’intégration par le sport de jeunes atteints de trisomie

L'équipe de basket dite "L'équipe de basket Plus1 », fondée par un groupe de jeunes atteints du syndrome de Down, dans la province d’Izmir (Sud-ouest), détruit toutes les idées reçues au sujet de la maladie

Turquie : L’intégration par le sport de jeunes atteints de trisomie

C'est dans la ville d'Izmir (Sud-ouest) que "l'équipe de basket Plus1", fondée par des jeunes atteints de trisomie 21 (syndrome de Down), apporte la joie et le bonheur sur les terrains de baskets. 

En compagnie de leur entraîneur, ces douze jeunes s'entraînent à se faire des passes, effectuer des dribbles entres les jambes, puis à lancer le ballon. 

Le choix du nom de cette équipe, "Plus1", fait référence au chromosome supplémentaire dont sont dotées les personnes atteintes de trisomie 21. 

Les membres de l'Association du syndrome de Down d’Izmir, qui ont jusqu'à ce jour lutté contre les difficultés liées aux symptômes de la maladie à travers le théâtre et la danse, apprennent désormais le basketball, qu'ils pratiquent une fois par semaine. 

Ces jeunes membres de l'équipe "Plus1" vivent avec enthousiasme et fierté le fait de figurer sur le terrain lors des matchs de démonstration. Des moments au cours desquels ils sont heureux d'entendre les encouragements de leurs familles et des spectateurs dans les tribunes, ainsi que les acclamations de leurs coéquipiers. 

- Des invitations aux matchs 

Bora Kirlioglu, capitaine de l'équipe des jeunes atteints du syndrome de Down, partage avec un correspondant Anadolu, le bonheur d'être le "coach" de cette équipe. 

"Nous jetons le ballon dans le panier avec un peu de mal, mais j’espère que nous pourrons jouer en Europe. Je m'adresse à l'ensemble des parents dont les enfants sont atteints de trisomie 21 : n'enfermez pas vos enfants chez vous". 

Deniz Ayçe Karagöz, membre de l'équipe, a affirmé que le basket est désormais pour elle synonyme de bonheur. 

"Notre seule différence est d'avoir un chromosome de plus que les autres. Et cette différence est devenue le nom de notre équipe. Je souhaite que toutes les personnes atteintes du syndrome de Down puissent s’intégrer dans la société, qu'elles deviennent comme nous. Moi, par exemple, j'apprends le basketball et je joue de la guitare. Au début, il y avait des gens qui disaient "tu n'y arriveras pas", mais j'ai réussi. Maintenant je souhaite inviter tout le monde à mes matchs. Qu'ils viennent et qu'ils voient par eux mêmes, qu'il n'existe aucune différence entre nous". 

Gülnaz Rodoplu, présidente de l'Association du Syndrome de Down d’Izmir a expliqué qu'ils mettent en œuvre des projets afin de lutter contre la discrimination des enfants atteints du syndrome, afin de leur permettre de se sociabiliser. Elle souligne que l'équipe "Plus1" est le résultat de cette lutte. 

"En tant que mère d'un enfant atteint du syndrome, je dois dire que je les comprends parfaitement. Lors de chaque match, j'ai des frissons et chacune des mères vit le même bonheur. Il est primordial pour nous de les voir réussir. De cette manière, ces enfants disent : nous existons aussi dans cette société et nous refusons toute discrimination. Nos enfants aussi peuvent accomplir beaucoup de choses". 

- Leur objectif est l'Europe 

Tümer Gülümserler, coordinateur des activités sportives de l'Association du Syndrome de Down d’Izmir, a confié que l'objectif est avant tout d’intégrer ces enfants dans la société mais également de leur apprendre à jouer en équipe tout en développant leur individualité. 

Gülümserler indique que les entraînements ont lieu dans la salle de sport du Collège de Bahçesehir et que les enfants bénéficient d’examens de santé dans une clinique privée. 

Il souligne qu'il n’existe à l'étranger que très peu d'équipes de la sorte et ajoute qu'ils souhaitent porter leur équipe au niveau international et gagner ainsi un championnat. Ce dernier partage que l'équipe poursuit ses entraînements depuis un mois et qu'elle réalise des matchs de démonstration. 

"Nous souhaitons que des équipes de jeunes atteints du syndrome de Down soient créées dans l'ensemble des provinces et ce, afin que nous puissions réaliser entre elles des matchs et des championnats", a t-il partagé. 

"Nous souhaitons participer à des matchs en Europe. Nous voulons aussi attirer des enfants plus jeunes afin qu’ils intègrent ces équipes. Réaliser de bonnes actions est contagieux", a-t-il conclu. AA



SUR LE MEME SUJET