« Un plan immonde impliquant plusieurs acteurs mis en application pour empêcher une Turquie forte »

« Un plan immonde impliquant plusieurs acteurs et ayant plusieurs aspects a été mis en application pour empêcher la construction d’une Turquie grande et forte » a estimé Erdogan.

« Un plan immonde impliquant plusieurs acteurs mis en application pour empêcher une Turquie forte »

Lors de la réunion des Préfets organisée au palais présidentiel, le président Recep Tayyip Erdogan a évalué la crise des visas vécue avec les Etats-Unis.

« C’est l’ambassadeur américain en Turquie qui est la cause de la suspension des visas américains aux citoyens turcs. Sacrifier un partenaire stratégique comme la Turquie pour un ambassadeur prétentieux est inacceptable » a averti Erdogan, précisant avoir ordonné au chef de la diplomatie Mevlut Cavusoglu de répliquer par un texte littéralement semblable à celui des Etats-Unis (visant à suspendre la délivrance des visas aux citoyens turcs, ndlr).

« Quel malheur, si un pays comme les Etats-Unis est dirigé par l’ambassadeur à Ankara ! Ils (Washington) auraient dû lui dire, « tu ne peux pas agir ainsi à un partenaire stratégique ». Pourtant, ils ne lui ont rien dit » a déploré le président turc.

« La Turquie n’a fait qu’agir selon le principe de réciprocité face à ces démarches injustes et excessives. Nous ne sommes pas la partie ayant engendré ni attisé la question. Nous ne sommes pas un Etat tribal, nous sommes la République de Turquie. Nous espérons que nos interlocuteurs retrouveront leur sang-froid et leur bon sens, tout en évitant les démarches capables de nuire à notre amitié et notre partenariat » a-t-il ajouté.

« Le processus juridique concernant un citoyen de notre pays, qui n’a pas d’immunité diplomatique et qui travaille comme personnel local dans une mission américaine à Istanbul, a été mené conformément aux législations, aux accords et à la Convention de Vienne. Il a été arrêté. Aucun de ses proches ni son avocat n’ont réclamé à le voir à compter du 4 octobre. Les assertions à ce sujet sont erronées. Seule une demande dans ce sens a été faite mercredi » a informé le président.

Par ailleurs, Erdogan a souligné que le prétexte avancé pour la constitution d’un couloir terroriste à la frontière sud de la Turquie, comme étant une partie de la lutte anti-Daesh, ne reflétait pas la vérité.

« Le corridor terroriste ne vise qu’à encercler la Turquie. Que personne ne cherche à nous tromper » a-t-il fustigé.

D’autre part, le président turc a mis l’accent sur le fait que les Etats-Unis avaient répondu négativement à la demande d’achats d’armes de la Turquie alors qu’ils fournissent des armes aux organisations terroristes.

« Tu donnes gratuitement des armes à une organisation terroriste. Pourquoi ? Pour encercler la Turquie depuis le sud. 3.500 poids lourds sont actuellement entrés au nord de la Syrie » a remarqué Erdogan.

« Ceux qui ont transformé la Syrie en plus grand marché d’armes du monde, ceux qui équipent les meurtriers avec des armes modernes, ne le font pas par amour de la démocratie. Cela n’a aucun rapport avec la démocratie » a souligné Erdogan avant d’indiquer que la police turque n’utiliserait plus les armes SIG Sauer de production étrangère et que la Turquie fabriquerait ses propres armes.

Dernièrement, Erdogan  a estimé qu’un plan immonde impliquant plusieurs acteurs et ayant plusieurs aspects a été mis en application pour empêcher la construction d’une Turquie grande et forte. « Ce plan prévoit des provocations ethniques et confessionnelles, mais aussi la protection des organisations terroristes. Des groupes aux mains sanglantes comme le PKK, FETÖ, DHKP-C et Daesh sont les figurants de ce plan sanglant » a-t-il ajouté.


Mots-clés: crise de visas , pkk , erdogan

SUR LE MEME SUJET