Fuat Sezgin, un voyageur à la poursuite d'une civilisation perdue (étude)

Une étude du Prof. Dr. Kudret Bulbul, doyen de la Faculté des Sciences politiques de l’université Yildirim Beyazit d’Ankara.

Fuat Sezgin, un voyageur à la poursuite d'une civilisation perdue (étude)

Fuat Sezgin, un voyageur à la poursuite d'une civilisation perdue

Nous avons perdu cette semaine, à l’âge de 94 ans, le Prof. Dr. Fuat Sezgin, un scientifique qui a consacré sa vie aux sciences modernes. Son succès et son héritage sont très importants et bien supérieurs à ce que plusieurs personnes ordinaires peuvent apporter ensemble durant toute leur vie.  Comme une horloge qui fonctionnait sans cesse, Fuat Sezgin a travaillé toute une vie, et il semble avoir perdu la vie le jour où cette horloge s’est arrêtée.

Qu’est-ce qui différencie ce savant des autres ?

Voyage depuis Bitlis au reste du monde…

Fuat Sezgin est né en 1924 à Bitlis. Il a reçu son premier enseignement en religion et en arabe par son père qui était le mufti de la sous-préfecture. Il a entamé sa carrière académique en 1943 à l’Institut des sciences orientales affilié à la Faculté des Lettres de l’université Istanbul. Ici, il a fait la connaissance de l’orientaliste allemand, Helmutt Ritter.

Parfois un « mal  » peut engendrer un « bien »…

Alors qu’il poursuivait ses travaux académiques, Fuat Sezgin a été renvoyé de l’université avec de nombreux autres scientifiques après le coup d’Etat de 1960. Son seul « crime » était que son frère soit le président municipal du Parti démocrate. A 36 ans, alors qu’il était un jeune académicien, M. Sezgin est devenu chômeur. Mais comme toujours, alors que les portes de leur pays se ferment aux personnes honnêtes, travailleuses et productives, de nouvelles portes s’ouvrent dans les autres coins du monde. Quand, plusieurs années plus tard, Fuat Sezgin rencontre les officiers qui ont engendré son renvoi de l’université, il leur est reconnaissant : « Je n’aime pas ce que vous faites et votre politique, mais je vous remercie. Car si vous ne m’aviez pas renvoyé de l’université, je n’aurais pu mener mes travaux scientifiques en Allemagne ».

Quand toutes les portes se sont fermées, il a reçu des invitations des Etats-Unis et de l’Allemagne. Il a préféré l’Allemagne car c’était plus simple pour les allers-retours de Turquie. Grâce aux travaux menés en Allemagne, il a été perçu comme le scientifique suscitant le plus d’estime dans le monde dans le domaine de l’histoire scientifique, et plus précisément de l’histoire scientifique islamique.

Les musulmans n’étaient-ils pas présents dans l’histoire ?

Compte tenu de sa vie, Fuat Sezgin semble être un excursionniste qui souhaite conquérir le monde entier dans le domaine des sciences. Il courrait d’une bibliothèque à une autre. Sans accorder le moindre temps à d’autres activités, il a consacré des dizaines d’années aux travaux scientifiques. Comme il le disait, pour lui le déjeuner était généralement un peu de fromage ou de confiture dans un bout de pain.

Qu’est-ce qui a poussé Fuat Sezgin à travailler avec un effort surhumain ? En plus du respect pour la science, c’est aussi la perception « scientifique » acceptée aujourd’hui encore par certains milieux qui l’ont poussé, c’est à dire la perception selon laquelle les musulmans n’ont apporté aucune contribution aux sciences modernes, et selon laquelle la science ainsi que la technologie actuelles découlent des développements de la Grèce antique et de l’époque qui a suivi. Comme il l’a dit lui-même, il a été confronté dès les premières semaines de l’école primaire à cette perception erronée : « C’était la deuxième ou troisième semaine de l’école primaire. Notre enseignante qui nous expliquait que la terre était ronde, nous avait dit que les savants musulmans pensaient que la terre était portée par les cornes d’un bœuf. Pauvre enfant que je suis, comment aurais-pu savoir que 30 ans plus tard, j’allais apprendre que les musulmans mesuraient déjà au 9e siècle la longueur de l’équateur avec différentes méthodes, jusqu’à 40.000km ? »

Grâce à ses travaux, Fuat Sezgin a démontré nettement la contribution des savants musulmans aux sciences naturelles et à de nombreux développements technologiques.  Outre les contributions originales des savants musulmans, il prouve que la science et la philosophie de la Grèce antique ont été transférées à l’époque moderne grâce aux savants musulmans.

Malgré tout cela, la vie ne se limite pas qu’à l’histoire. Selon Fuat Sezgin, de nombreux pays occidentaux étaient bien plus en avance dans le domaine de l’histoire des sciences islamiques que les pays islamiques eux-mêmes, ce qui est vraiment triste. (http://fazlioglu.blogspot.com/2018/06/prof-dr-ihsan-fazlioglu-prof-dr-fuat-sezgin-ilebilim-tarihi-uzerine-soylesi-pdf.htm)

Sa personnalité, son approche et ses contributions…

Fuat Sezgin a été fortement impressionné par les points de vue et la discipline de travail de Ritter. Il n’avait même pas entendu parler de certains savants musulmans importants cités par Ritter dès sa première rencontre. Ritter lui a demandé combien d’heures il accorde à son travail par jour, ce que Fuat Sezgin a répondu par « 13-14 heures ». Sur ce, Ritter lui dit qu’il ne peut devenir un savant avec ce travail. Par la suite, Fuat Sezgin n’a jamais travaillé moins de 17-18 heures par jour jusqu’à sa vieillesse. Par conséquent, nous pouvons dire concernant le caractère de Fuat Sezgin, que c’était un laborieux qui ne savait ce qu’était la fatigue.

Par ailleurs, contrairement aux perceptions fréquentes de ces derniers siècles, il n’a pas eu une approche considérant les sciences ou la civilisation islamique comme contraire à l’occident et ses valeurs. Fuat Sezgin avait la confiance en lui que les scientifiques musulmans avaient à l’époque où ils étaient plus actifs. De ce fait, il a agi avec confiance chaque fois qu’il a eu à mettre en évidence ou à détailler une information scientifique, quelles que soient la religion, la langue ou l’origine de son interlocuteur.

Nul doute, les innombrables travaux effectués par Fuat Sezgin sur les contributions des savants musulmans à la science et la technologie, sont très importants. Toutefois, Fuat Sezgin n’est pas seulement un scientifique, il est aussi le fondateur de l’Institut d’histoire des sciences arabes et islamiques de Francfort. Il a d’ailleurs dépensé tout son argent dans cette voie. Et ça ne se limite pas qu’à cela ; pour rendre plus visible les contributions des musulmans à la science et la technologie, il a fondé les musées de sciences et technologies islamiques à Francfort et à Istanbul.

Deux Allemagne…

L’Allemagne a une grande place dans la vie de Fuat Sezgin. Il doit beaucoup à l’Allemagne qui lui a offert une opportunité alors que les portes se sont fermées avec le coup d’Etat de 1960. Fuat Sezgin a d’ailleurs exprimé de nombreuses fois sa gratitude. A cette période, l’Allemagne a soutenu ses travaux sans ressentir le moindre complexe. C’est pourquoi l’Allemagne de cette époque doit être saluée. Or, l’Allemagne d’aujourd’hui est bien différente. Fuat Sezgin a été poursuivi pour « avoir pris en sa possession les livres » après qu’il ait décidé de transférer en Turquie la bibliothèque qu’il a constituée par ses propres moyens. Il a été interdit d’entrer dans sa propre bibliothèque. Malgré tout cela, il a fait le nécessaire pour que l’affaire ne soit pas politisée et rendue publique. Rien qu’en tenant compte de cette affaire, de l’approche de l’Allemagne par le passé et actuelle, la transformation négative et l’introversion de ce pays est flagrante.

Jusqu’à peu, le monde turc et islamique n’était pas conscient de l’existence de Fuat Sezgin, car hormis quelques exceptions, ce monde ne se rendait pas compte de ce qu’il avait perdu et de ce que lui apportait Fuat Sezgin. Avec ses travaux et ses œuvres, Fuat Sezgin nous a quittés en allumant une torche à tous les scientifiques du monde. Paix à son âme.



SUR LE MEME SUJET