L'économie turque et le G-20

Étude du Dr. Cemil Dogac Ipek, enseignant en Relations internationales à l’université Karatekin…

L'économie turque et le G-20

          Le G-20 offre une perspective importante pour la Turquie qui est actuellement entre risques et opportunités économiques. Nous allons analyser dans notre programme de cette semaine, les effets du G-20 dans l’économie et la politique extérieure de la Turquie.

          La perspective de la Turquie concernant le G-20 est importante pour la République de Turquie qui est ces derniers temps face à de sérieux risques et opportunités à l’échelle régionale et mondiale. La Turquie est en train de mettre en activité l’un des différents fronts de la diplomatie, en ces jours où l’avenir de l’économie est en train d’être décidé. Comme on s’en souviendra, la réunion des ministres des Finances et des présidents de banque centrale des pays du G-20, s’est déroulée au mois de juillet à Buenos Aires, capitale de l’Argentine. La réunion qui a rassemblée les ministres des Finances et des présidents de banque centrale des 20 économies les plus puissantes du monde, a duré 2 jours.

          Outre les délégations de pays membres du G-20, les représentants des organisations internationales prééminentes telles que le Fonds monétaire international, la banque mondiale et l’organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), ont pris part à la réunion à laquelle le ministre turc du Trésor et des Finances Berat Albayrak et le président de la banque centrale turque Murat Cetinkaya ont représenté la Turquie.

          La tension commerciale en hausse a été l’article principal de la réunion, qui, depuis les taxes douanières annoncées par le président américain Donald Trump et visant un grand nombre de membres dont l’Union européenne, le Canada, le Mexique et la Chine, ainsi que depuis les ripostes de la même ampleur annoncées par certains pays contre Trump, a rassemblé pour la première fois les représentants des 20 pays constituant les 85 % de l’économie mondiale.

          De plus, nous savons que les articles tels que les monnaies virtuels et la taxation qui sont nombreuses durant cette ère d’intelligence artificielle, faisaient également partie des sujets traités lors de la réunion.

          Alors, qu’est-ce que le G-20 qui a gagné en importance durant cette politique économique, et quel genre d’importance représente le G-20 pour la Turquie ?

          Le G-20 a été fondé le 26 septembre 1999 lors du sommet des ministres des Finances du G-7. Le groupe des 20 (G-20) est une organisation qui regroupe les leaders des pays développés et en voie de développement avec les représentants de l’Union européenne. Des entretiens et travaux concernant la hausse de la stabilité financière internationale sont réalisés lors des réunions du G-20. Les pays qui prennent place dans ce groupe constituent les 4 cinquièmes du produit intérieur brut mondial et les 3 quarts du commerce mondial.

          De nos jours, le G-20 n’assure pas uniquement des politiques monétaires et financières mais également un milieu où l’on peut réaliser des consultations dans un vaste domaine comprenant l’énergie, le commerce et les investissements. Les experts des leaders des pays du G-20 se réunissent prioritairement durant cette plateforme qui offre l’occasion de se coordonner et de faire des échanges de vues entre les gouvernements.

          Le G-20 est apparu suite à l’insuffisance contre le nouveau niveau global du FMI et de la banque mondiale, organisation du système Bretton Woods, et suite à la nécessite de réformer ces organisations en formant une plateforme aussi compréhensive que possible.

          Il est de notoriété publique que le G-20 n’ait pas de mécanisme officiel de décisions. Tous les membres expriment leurs opinions et l’organisation agit selon le principe de consensus. De toute façon, le G-20 se décrit comme une ‘plateforme non officielle où des débats constructifs ont lieu concernant les sujets économiques mondiaux’. Un communiqué final est publié après avoir pris en compte les idées et réticences des pays membres au terme des sommets réalisés chaque année. Par conséquent, les pays s’engagent à atteindre les objectifs fixés dans les communiqués.

          Contrairement à plusieurs autres organisations internationales, le G-20 n’emploie pas de personnel permanent. Il n’a pas de secrétariat général non plus. Quant à sa présidence, elle est assurée suivant une rotation. L’ex, le prochain et l’actuel président du G-20 décident des sujets qui seront traités et des personnalités qui interviendront lors du sommet. Le  G-20 possède également des groupes qui sont en liens avec lui. Comme le T-20 qui réunit les instituts de réflexion, le L-20 qui réunit les groupes de travail et le Y-20 qui lui réunit les organisations de jeunesse. La Turquie a fondé lors de sa présidence en exercice en 2015, le W-20 qui réunit les organisations des droits des femmes.

          La Turquie considère que la puissance représentative du G-20 est forte car elle comprend les plus grands pays tels ceux développés et ceux en voie de développement. Elle qualifie le G-20 de plateforme conforme du point de vue de la coopération et de coordination économiques globales. C’est la raison pour laquelle, elle accorde de l’importance à toutes les activités et réunions du G-20, et agit suivant le principe de participation efficace au plus haut niveau. Par ailleurs, elle est en faveur du renforcement du rôle du G-20 du point de vue de la consolidation de la gouvernance économique globale.

          La Turquie pense que le G-20 est la plateforme la plus conforme du point de vue de la coopération et de coordination économiques globales, car il comprend les plus grands pays tels pays développés et ceux en voie de développement. Elle assure une contribution active aux travaux du G-20.

          Contrairement au période précédente, la Turquie n’est plus en position spectatrice alors que le système économique mondial est de nouveau planifié. Une Turquie qui prend part au sein du G-20, est désormais un pays encore plus important. Les négociations d’adhésion à l’Union européenne gagnent aussi dans ce sens, une importance fonctionnelle. Comme le souligne régulièrement le secteur privé européen, l’adhésion de la Turquie aura une importante contribution pour une Union européenne à forte capacité concurrentielle mondiale.



SUR LE MEME SUJET